Echos d'une randonnée dans la vallée des Merveilles mardi, mercredi

 

 

 

J2_Refuge_de_Valmasque_2_233_m_(43) (Copier)

Le lendemain, mardi, le soleil donne son éclat aux lacs Vert, Noir et au lac du Basto que nous ne pouvons résister au plaisir de contempler longuement. Nous nous élevons progressivement vers la baisse (le col) de Valmasque, notre porte d’entrée dans la vallée des Merveilles. Les bâtons de marche doivent alors être munis d’embouts protecteurs pour éviter de rayer les roches dans cette zone réglementée et nous devons rester sur le GR52. Nous ne pourrons nous en écarter que lorsque nous serons accompagnés par un guide assermenté que Jean-Claude a réservé mercredi matin. Le long de notre descente vers le refuge, nous pouvons découvrir la gravure du chef de tribu, celle du

J4_Christian_visite_guidée_dans_la_vallée_des_Merveilles_(68) (Copier)

 « christ » et la « roche des éclats » mais quel sens ces gravures peuvent-elles bien recéler ?  La liste de nos questions s’allonge …

Nous atteignons le refuge des Merveilles où nous dormirons deux nuits. Situé au bord du Lac Long supérieur, il accueille les visiteurs des Merveilles et constitue le point de départ des visites guidées.

Notre guide est bien au rendez-vous à 8h ce mercredi et dès le début de sa présentation, nous voilà transportés 5000

DSC00755 (Copier)ans en arrière au pied du mont Bego, site de forces telluriques, attirant la foudre et dispensant la pluie fécondante où des roches de perlite faites d’argiles compressées et oxydées, vitrifiées par l’érosion glaciaire, orangées, parfois violettes ou vertes, sont aussi lisses et luisantes que des ardoises. Les peuples du néolithique ne connaissaient pas la roue, mais les silex blonds qu’ils taillaient venaient du Vaucluse à 200 km de là ! Les gravures sont datées grâce à la forme des armes qui sont reproduites : pierres taillées emmanchées au néolithique, poignards de formes bien identifiables à l’âge du bronze ancien et moyen.

Quatre techniques de gravure ont été utilisées parmi les près de 40.000 figures répertoriées, laissant penser qu’elles ont été faites par des graveurs spécialisés.

Quant au sens de ces signes ? L’existence d’un culte du couple de divinités Taureau et déesse mère que l’on retrouve

J3_Descente_vers_le_refuge_des_Merveilles_2_111_m_(64) (Copier)

dans d’autres régions du pourtour méditerranéen fait l’unanimité dans la communauté scientifique. Par contre, notre guide aura le talent de nous présenter nombre d’hypothèses qui  font l’objet de controverses opposant les savants entre eux. Est-ce ou non une écriture symbolique ? Ces signes ont-ils un sens chamanique ?

 

J4_Christian_visite_guidée_dans_la_vallée_des_Merveilles_(89) (Copier)

Quel sens donner à la figure énigmatique du « chef de tribu » avec ce poignard  touchant la tête dans un axe qu’une ethno-astronome a calculé comme étant celui du soleil lors d’une éclipse totale en 1718 avant JC ? Ce phénomène aurait-il mis fin au culte du dieu Taureau ? Les « réticulés » avaient-ils aussi un usage pratique lié aux échanges de sel qui auraient pu dès cette époque transiter par cette vallée et donner lieu à des foires ?

 

 

Il nous présente aussi quelques gravures « historiques », en particulier des églises et des croix du XVIIème siècle lorsque les pâturages manquèrent et que le besoin poussa les populations à monter dans ces lieux prétendus diaboliques qu’il fallut christianiser.

Enfin le « mur vitrifié », impressionnante paroi où l’on observe, parfois difficilement, bateaux, inscriptions diverses dont une en latin. Nous comprenons combien les mesures de protection mises en place par le Parc National du Mercantour sont nécessaires pour sauvegarder les vestiges et permettre la poursuite des recherches.

De retour au refuge après cette matinée passionnante, le pique-nique et une après-midi libre que certains consacreront à une superbe balade vers le Pas du Trem ponctuée de plusieurs lacs.

 

J3_Baisse_(col)_de_Valmasque_2_549_m_(19) (Copier)